Kino février : Soirée anniversaire

Après un Kino Brunch de début d’année nous étions de retour en soirée pour le mois de février. Plusieurs notables de Kino avaient revêtu une tenue de soirée dont notre hôte ce mois-ci, Charles-Louis Thibault. Endimanché d’un noeud papillon, il est apparu sur scène à travers une ouverture de rideau grandiose pour nous rappeler que février a une signification particulière pour la cellule Kino de Montréal. En effet, il y a 14 ans, en février 1999, quelques amis se sont réunis au Pub Jacques Cartier (au coin Papineau et Ontario) pour ce qui allait devenir la première projektion Kino.

Charles-Louis Thibault et Jules Saulnier avec l'étoile de Kino projetée en arrière-planCharles-Louis Thibault et l'auteur de la nouvelle vidéo d'ouverture de Kino, Jules Saulnier

Cette projektion-ci de février était aussi l’occasion de visionner pour la première fois la nouvelle bande-annonce des soirées mensuelles. Constituée de séquences récoltées parmi des vidéos de Kino elle évoque l’expérience quasi magique d’une salle de cinéma. Son auteur, Jules Saunier, est venu nous décrire ses quelques difficultés à la réalisation de ce qu’il préférait appeler vidéo d’ouverture plutôt que bande-annonce. Jules s’attendait à ce que faire du montage à partir des images des archives de Kino serait moins laborieux que d’avoir à tourner des scènes, mais c’était finalement quand même beaucoup de travail.

Le meilleur des mondes

Charles-Louis et Sébastien Trahan avec en arrière plan une image du film Le meilleur des mondes.Charles-Louis et Sébastien Trahan, réalisateur de Le meilleur des mondes

Comme premier film nous avons vu un produit du Kino kabaret 2011 de Montréal. Dans Le meilleur des mondes deux hommes en escortent un troisième, baillonné, menotté et résigné, dans un champ. L’idée de ce scénario est venu à son réalisateur, Sébastien Trahan, qui l’a confié à Guillaume Girard. Celui-ci en a tiré un scénario (et s’est aussi retrouvé avec un rôle dans le film). La congestion automobile, des batteries à plat et les retards de tournage qui en ont découlé sont parmi les difficultés que Sébastien a vécues dans la réalisation de ce court métrage.

Nouvelle Wave Poème

Charles-Louis Thibault et Rémi FréchetteCharles-Louis et Rémi Fréchette, réalisateur de Nouvelle Wave Poème

Un séducteur français qui en fait trop est le personnage principal du (très) court métrage Nouvelle Wave Poème. Rémi Fréchette l’a réalisé à Bruxelles avec la partie non-utilisée de pellicule 16 mm d’un tournage précédent. Ce film d’une minute et demie est la résultante d’un peu plus de quatre minutes de scènes tournées.

Notre ami l’écureuil

Nous avons visionné un kino des premières années. Notre ami l’écureuil de Sébastien Chagnon-Jean pourrait être décrit comme un court suspense animalier urbain visuellement et auditivement psychédélique. Difficile d’en dire davantage.

Mandala Mon Amour

Charle-Louis et en arrière-plan une partie d'une image de Mandala Mon AmourCharles-Louis et une image de Mandala Mon Amour

Un homme solitaire en vient à combiner ses passions pour le tableau périodique des éléments et la culture spirituelle indienne. C’était la ligne directrice du film de Charlotte Beaudoin-Pelletier, Mandala Mon Amour, réalisé dans le cadre du kabaret de Montréal en 2011. Charlotte était malade et bien qu’elle soit venue porter son film avant la projektion elle est retournée chez elle aller prendre soin d’elle.

Becyk

Charles-Louis et Simon LacroixCharles-Louis et Simon Lacroix, réalisateur de Bécyk

Simon Lacroix nous a présenté Becyk. Un film où trois amis d’enfance se racontent leurs souvenirs qui ne sont pas très joyeux en bout de ligne et leur situation actuelle. Simon a dû passer au travers de déboires pour la réalisation de ce kino. Il avait réussi à avoir une subvention de la SODEC pour son scénario mais a dû la rembourser puisqu’il n’en a pas respecté les conditions d’utilisation. Il espérait que de futurs réalisateurs allaient apprendre de ses erreurs.

Affiches et produits dérivés

Charles-Louis nous a annoncé que de nouvelles affiches pour annoncer les soirées mensuelles en 2013 allaient être réalisées par la boîte de production Bye Bye Bambi. Il a aussi porté à notre attention que des t-shirts et des gilets à l’effigie de Kino ainsi que des DVD Planète Kino 2012 sont en vente présentement (et disponible dans la section boutique du site web)


Au retour de la pause nous avons pu voir d’anciens clips publicitaires pour Kino qui parodiaient des produits de l’époque.

Défis

Philippe Boissier et Charles-LouisPhilippe Boissier, le gagnant du défi et Charles-Louis

Trois réalisateurs ont relevé le défi qui avait été lancé pour ce mois-ci. Il leur fallait réaliser un film qui commence par la fin. Par coïncidence, les trois films traitent de relation de couple. Un moment de crise d’un couple et un premier rendez-vous nous ont été présentés mais c’est la nuit rocambolesque de J’capote de Phillippe Boissier que le public a désigné comme vainqueur.

Charles-Louis a ensuite présenté le défi du mois suivant: Un film durant lequel on entend en tout temps une pièce de musique classique pigée au hasard. La durée de ce défi correspond à celui de l’extrait musical pigé. La seule modification acceptée à la musique est son volume sonore durant le film. Charles-Louis a donné rendez-vous aux réalisateurs en fin de soirée dans un coin de la salle pour déterminer leur pièce musicale assignée. Il a aussi souligné que les réalisateurs qui se décideraient plus tard allaient pouvoir s’adresser par courriel à info@kino00.com pour un arrangement.

Spoliation

Charles-Louis, Dominic Hardy et en arrière-plan une image du film SpoliationCharles-Louis et Dominic Hardy, réalisateur de Spoliation

Dominic Hardy a réalisé Spoliation où on y voyait la vengeance que prenait un groupe musical envers son gérant tyrannique. C’était un film provocateur et qui se faisait aussi remarquer pour son usage d’effets spéciaux. Dominic a reconnu que ça faisait partie de sa marque de commerce. Il encourage le public à suivre ses productions sur son site web Stardomovies.com

La cure

Après Notre ami, l’écureuil, un autre court film sorti des archives de Kino a été présenté par la suite. La cure d’Isabelle Lecompte a été réalisé aux environs de 2000. Ce film était centré sur un œil et disons qu’il n’est pas adressé aux âmes sensibles.

Des nouvelles en vrac

Avant de passer au kino suivant, Charles-Louis nous a transmis quelques petites nouvelles en rafale:

  • Vincent Campbell organisait une soirée pour le lancement de son dernier film Ma future-ex le 15 février prochain au Pub Brouhaha. On pourrait aussi y voir plusieurs de ses anciens films, un spectacle de magie et une prestation musicale. Plus de renseignements étaient disponibles sur le site web Cinemagia

  • Le projet de long métrage réalisé à la manière Kino de Jesse Malcolm Sweet avançait rondement mais les besoins étaient encore grands que ce soit en main d’oeuvre ou autre. Les personnes intéressées à s’impliquer dans cette grande aventure, pouvaient rejoindre le groupe Facebook créé pour l’occasion ou encore le site web La machine à films

  • Finalement on a souligné avec fierté la réussite d’un ancien kinoïte, Rafaël Ouellet dont le fim Camion récolté huit nominations aux Jutra.

Catching a lion

Charles-Louis et Vladimir Kanic avec un petit bout d'un image du film Catching a lionCharles-Louis et Vladimir Kanic, réalisateur de Catching a lion

D’entrée de jeu, Vladimir Kanic a fait la promesse en montant sur scène qu’il n’allait parler que français (à Kino à tous le moins) à partir du premier mars. Il nous a présenté le kino qu’il a réalisé au dernier kabaret de Montréal, Catching a lion. En plein milieu d’un champ, un père raconte à son fils une histoire un peu abracadabrante pour une raison nécessaire.

C’était une histoire inspiré de faits vécus par Vladimir. Son père lui racontait certaines histoires pendant qu’ils étaient à l’abri en période de guerre en Croatie, son pays d’origine.

Vladimir a édité un DVD à partir de ce film. Il était possible de l’acheter en le contactant. Vous pouvez avoir plus de renseignements sur son site web.

Kvistur

Charles-Louis et Alexandre Roy ont l'air de s'interroger mutuellement du regardCharles-Louis et Alexandre Roy, réalisateur de Kvistur

Un homme, une petite fille, un dépanneur et des créatures mystérieuses. Ce ne serait que le point de départ pour décrire le film d’Alexandre Roy, Kvistur. En plus de nous révéler que le titre de son film veut dire brindilles en islandais, l’idée de ce film est venu à Alexandre en vue d’être réalisé à un kabaret à Reykjavik. Il a dû finalement la mettre de côté pour cette occasion-là. Quand Alexandre a voulu participer à l’Atelier K, il a ressorti cette idée qui a été acceptée. Le résultat de ce projet est le film que nous avons vu


Après le dernier film de la soirée, Charles-Louis a remercié nos partenaires qui aident Kino à réaliser les soirées mensuelles. Le prochain rendez-vous est le premier mars pour la soirée mensuelle de mars.

Crédit photos: Thomas Dandres


Comments Closed

Les commentaires sont fermés.